Nos jeunes ont la chance de pouvoir se promener sur la plage ou dans une pinède en marchant à peine 5minutes autour du Centre. Ils peuvent randonner ou skier en montagne à une heure de voiture, et il existe quelques endroits d’où l’on peut voir la Méditerranée et les prés-Alpes dans un ensemble magnifique.

Prenons un peu de hauteur, à 20 min de marche du Centre, le cap d’Antibes. A son point culminant (une bonne centaine de mètres) le Phare de la Garoupe, entouré d’une forêt et de beaucoup d’histoires, étudiées et racontées durant le parcours jusqu’à l’entrée du bois.

Mais nos jeunes ne sont pas seulement des randonneurs curieux, ce sont aussi des citoyens responsables, les citoyens de demain.

Armés de gants, de sacs et d’une volonté de fer, c’est en équipe soudée qu’ils affrontèrent racines sournoises, branches vicieuses et ronces agressives afin de nettoyer le sentier qui mène au but de leur marche. A moins que le but ne soit la marche écologique en elle-même ?

La nature est parfois surprenante, parfois rude, parfois même cruelle mais elle est magnifique et ça, nos jeunes le savent et ils savent également que chacun, chaque jour, à chaque instant peu faire le choix de l’aider, de la protéger ou de participer à sa destruction.

Six sacs remplis de déchets plastiques, de cannettes de verre ou d’aluminium, de ferrailles, de piles, d’une batterie et d’un vélo rongé par la rouille démontrent qu’ils ont fait le leur.

Un repas, préparé en collaboration avec une nutritionniste en stage au Centre, remplira les estomacs gourmands. Une pause bien méritée pour permettre aux regards d’apprécier la vue splendide avant de faire montre de vitesse et de stratégie lors d’une partie endiablée de Sagamore.

Une chose est certaine, malgré leurs efforts il en reste à nettoyer mais leur bonne humeur et leur envie d’évoluer dans un monde où la nature est belle et respectée feront que d’autres balades éco-citoyennes verront le jour.